Gestion de l’élévation en sonorisation

Il est possible avec la synthèse de front d’onde de travailler non seulement en ouverture et en profondeur, mais aussi en élévation. Nous allons voir l’incidence que cela peut avoir dans un système de sonorisation avec des enceintes au sol pour les premiers rangs de l’auditoire et un système suspendu pour le reste de la salle.

A priori il n’y a pas de différence dans la gestion de l’élévation par rapport au placement en ouverture. En effet de la source se déplace de gauche à droite ou de haut en bas, géométriquement on calcule toujours les délais de la même manière.

Seulement dans le cas de la sonorisation la façade composée d’enceintes posées sur scène et suspendues au cadre de scène il y a un calage un peu particulier. En effet les enceintes placées en l’air son en règle générale bien plus puissantes que celle au sol à proximité des premiers rangs. Pour gommer les enceintes hautes, on les retarde davantage que celles du bas. Pour donner un ordre d’idée on est facilement autour de 10ms, autrement dit 3,3m.
Dans le cas de la reprise d’un son au plateau, si un auditeur recule progressivement du premier rang jusque au dixième rang, il passera de la zone de couverture des enceintes posées au sol à la zone de couverture des enceintes suspendues. Il faut que ce faisant on conserve l’impression que le son vient toujours du plateau et non de quelque part en l’air. Si le son diffusé n’a pas de présence réelle au plateau, comme par exemple une bande son ou une voix off, la perception auditive de la localisation n’est pas aidée par la vue.
Ce calage n’est pas typique de la sonorisation en WFS, mais une chose classique en sonorisation. La particularité ici c’est qu’on peut jouer sur le placement avec bien plus de liberté.
Si on déplace une source en ouverture et en profondeur sans tenir compte de la hauteur dans le calcul de distance, on conserve le différentiel de temps entre les enceintes basses et celles en hauteur. L’impression d’élévation ne change pas. Tout est perçu plus ou moins dans le même plan.

Si on désire travailler sur la hauteur, il va falloir tenir compte de celle-ci dans les calculs de distance entre sources et enceintes. Rien de compliqué à ça, on rajoute le terme dans le calcul de la distance pour passer de 2 à 3 dimensions.
Voici dans l’illustration suivante ce qu’il se passe pour une source se déplaçant verticalement. On voit que le différentiel de temps varie selon la hauteur comme on pouvait l’imaginer.

WFS_height001

Le second croquis représente ce qu’il se passe pour une source se déplaçant de la face au lointain. On voit que le différentiel de temps varie. Pour une source proche du sol il est plus important lorsque la source est placée à l’avant-scène que lorsqu’elle s’éloigne. En conséquence la localisation perçue de la source va monter au fur et à mesure qu’elle s’éloigne sur le plateau.

Si l’on veut travailler sur l’élévation il va falloir commencer par compenser les délais dus au changements en profondeur. Une approche possible sera de pondérer l’élévation dans le calcul de distance pour limiter cet effet. On peut aussi faire baisser la source en fonction de la position de la source en profondeur.

Une remarque cette perception de la source plus haute que voulue ne va concerner les gens qui entendent l’éventuelle source acoustique et le son qui provient des enceintes au sol.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s